Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 10:24
La fin programmée de l'IF de Saint Augustin

Ca y est !!! Dans le journal municipal, page 6 on annonce que l’if sera abattu. Cet article est plein de mensonges.

A commencer par l’éditorial du maire qui ne retient que ce qui l’arrange, la solution très vite écartée de son déplacement (« coût colossal » sans « garantie de survie »), mais silence sur la vraie solution proposée par le CAUE . Omission volontaire et incompréhensible. Et abattage rime avec sécurité des enfants. C’est beaucoup plus compliqué que ça.

Alors là rien à dire. Cela s’appelle faire prendre des vessies pour des lanternes. Pour les autres mensonges, voir l’article dans le Petit Journal de Saint Augustin.

On sait que le CAUE a déconseillé le circuit scolaire sur la voirie de Beautheil, parce qu’il y allait avoir d’autres problèmes. Il faut savoir que la voie sera urbanisée (PLU), c’est le troisième temps non dit dit dans l’article, après la circulation du car, et la desserte du plateau sportif. Les riverains, réveillez-vous !

Le CAUE a proposé un décrochage sur le trottoir devant la salle polyvalente, ça tombe bien, ça nous coûtera moins cher ! Mais ce qu’on veut en haut lieu, c’est la solution chère, celle qui laisse des traces et les finances ne sont pas un souci pour notre maire et ses conseillers, l’argent coule à flot ; dans la commune ou par les subventions, c’est toujours nous qui payons !!! Marre de ces élus qui dépensent sans compter NOTRE argent et nous infligent des équipements énormes et moches, avec le prétexte de la sécurité.

Aubetin Environnement

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 19:40
DE LA RESERVE D’INDIENS AUX LARMES DE CROCODILE

Le Préfet de la Région Ile de France a indiqué retirer du futur périmètre du parc régional de la Brie et des Deux Morins, les communes de Coulommiers, Mouroux, Pommeuse, La Celle sur Morin, Guérard etc du fait d’une urbanisation désordonnée, de la dénaturation de la vallée du Grand Morin et de projets déstructurant.

A l’approche des élections et considérant que cela pourrait bien lui rapporter quelques voix ( les temps sont durs !), notre conseillère générale fait semblant de s’agiter. Le Député Maire de Coulommiers de même. De qui se moque-t-on ? Ces deux élus ont tout fait pour bétonner et goudronner à mort le secteur de Coulommiers.

Le Schéma de Cohérence Territoriale du bassin de vie de Coulommiers porté par ces deux élus a été adopté dans l’indifférence générale et avec l’assentiment de tous les élus du secteur ( Pommeuse, Mouroux, Guérard, Boissy le Chatel etc). Du coup, nos deux compères en profitent pour le modifier à tout va comme en ce moment et au gré des sollicitations des promoteurs, aménageurs et bétonneurs de tout poil. L’affaire est bien présentée : on fait semblant de se mettre à jour par rapport au nouveau schéma directeur de la Région Ile de France pour accompagner les filières innovantes et la diversification des exploitations agricoles et gérer l’armature boisée.

Ensuite, il faut articuler le SCOT avec les autres documents et que prévoient-ils ? Le contournement de Coulommiers par la déviation sud, traversant Pommeuse, Mouroux et Saint-Augustin et dénaturant définitivement la vallée du Grand Morin déjà fortement mitée par une urbanisation diffuse et désordonnée de Mouroux, Pommeuse, Faremoutiers etc.

La création de la fameuse zone d’activités de Mouroux-Voisins-Pommeuse : 90 hectares de terre agricole. Les PLU de Mouroux et Pommeuse, censurés par le tribunal administratif, ont retardé le projet. La dernière révision du PLU de Mouroux a retiré ce projet de zone d’activité au dernier moment suite aux observations des associations de défense de l’environnement mais c’est un recul momentané. Il est prévu une nouvelle révision après les élections.

L’extension de toutes les zones d’activités des communes soit au total 74 hectares de terres agricoles Or ces projets qui s’ajoutent à bien d’autres constituent un handicap majeur pour que le préfet de la Région Ile de France revienne sur sa décision de réduire le périmètre du futur PNR.

Mais le député maire a demandé un rendez-vous au Préfet et la conseillère générale brasse de l’air auprès des électeurs. Tout cela, c’est de la poudre aux yeux en période électorale. La conseillère générale n’a-t-elle pas comparé le PNR à une réserve d’indiens.

Abandonner leurs deux projets phares qui leur permettront de laisser un souvenir impérissable à ce canton, hors de question. Il faut laisser une image forte à la postérité : un beau viaduc sur le Grand Morin et une belle zone d’activité sur le plateau de Saint Blandin qui ne demandera qu’à s’étendre sur l’aérodrome de Coulommiers. Aéroport de Paris est en embuscade et attend avec patience son heure pour vendre au plus offrant.

Nos deux compères versent des larmes de crocodile sur ce projet de PNR qu’ils n’ont jamais réellement soutenu!

Bien au contraire…

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 20:26
Tradition et Modernisme à Coulommiers

Voici le credo du député-maire de Coulommiers et sur lequel il disserte régulièrement pour attirer les électeurs.

Voici son application concrète par le député-maire de Coulommiers.

Le ci-devant concessionnaire-garagiste dans le civil a transformé dans la pure tradition pour l’adapter au gout du jour de la modernité le seul abreuvoir restant dans la ville de Coulommiers.

Chacun appréciera le sens donné à la tradition et à la modernité façon briarde ! Il ne faut pas s’étonner que ni le député-maire ni l’actuelle conseillère générale n’appuient avec fermeté le projet de Parc Naturel Régional des deux Morins quand on voit l’intérêt qu’ils portent à la mise en valeur du petit patrimoine de la ville de Coulommiers.

En dehors de l’entretien du parc des Capucins et de se donner bonne conscience en rebaptisant la place de la commanderie du nom de Jean Schelstrate ( grand spécialiste du patrimoine briard et sauveur de la commanderie des Templiers), là s’arrête la tradition et vive la modernité du tout voiture !

Aubetin Environnement

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 20:32
ELECTIONS DEPARTEMENTALES ET PARC NATUREL REGIONAL DES 2 MORINS

- Binôme : Laurence PICARD et Yves JAUNAUX Liste UMP

Les membres de l’association s’étonnent que dans le tract de l’UMP pour les élections départementales 2015 ce binôme ne parle pas du projet de Parc Naturel Régionale des 2 Morins.

Alors que ce projet est dans l’actualité de l’année 2015.

Ce projet de PNR concerne pourtant le secteur de Coulommiers, Rebais et la Ferté Gaucher. Pourquoi le silence de ce binôme sur le projet?

Et pourtant ce projet est un atout majeur pour ce secteur :

- Permettre le maintien d’une qualité de vie différente des celle des grands centres urbains.

- Procurer un cadre organisé et des financements permettant un développement de qualité.

- Protéger les espaces naturels, la faune, la flore et la biodiversité qui s’y trouve.

Peut-être que ce binôme ne veut pas de ce projet. Mme Picard a peut-être peur que ce projet soit une réserve d’Indiens (« Réserve d’Indiens » phrase prononcée par Mme Picard lors d’une réunion).

Une telle phrase reste gravée dans le marbre.

Mais nous "Aubetin Environnement" pensons que les Indiens ont une meilleure philosophie de vie que Mme Picard.

Elus, habitants posez des questions à ce binôme ce sur projet.

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 18:53
Projet Parc Naturel des 2 Morins

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 20:06
Coulommiers

Coulommiers

L'Association le RENARD organise le 7 fevrier 2015 une sortie nature dans la ville de Coulommiers. Le thème de cette sortie est " L'eau et la ville".

 

                                "Les zones humides pour notre avenir"

 

           L'eau est un élément essentiel de notre société depuis des siècles. Pour le transport, l'alimentation, l'industrie ... Coulommiers accueille encore les traces de l'utilisation ancienne et récente de l'eau. Un parcours dans la ville et le long du ru de l'Orgeval nous permettra de retracer le parcours de l'eau.

 

Rendez vous devant la mairie de Coulommiers le 7 fevrier 2015 à 9h. Durée de la sortie environ 2h30.

Merci de vous inscrire pour cette sortie.

Contact : 01-60-28-03-04 ou par mail : association-renard@orange.fr

RDV : devant la mairie de Coulommiers à 9h

 

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 20:30

Le PLU de la commune se termine dans le plus grand des secrets. Depuis les élections municipales de 2014 plus de nouvelle. Tous le monde au conseil municipale fait chut......

Silence radio. Habitants vous n'êtes pas concernés !!

L'association Aubetin Environnement ayant participée à l'élaboration de ce PLU par l'intermédiaire de son président en tant qu'élu dans l'ancienne municipalité, s'inquiète des changements qui ont peut-être été faits par la nouvelle municipalité après les élections sur le zonage du PLU.

Si un élu (ou des..) de ce nouveau conseil municipale ou un membre de sa famille ou amis se réserve le droit de mettre des terrains constructibles qui ne l'étaient avant les élections de 2014 dans le projet de zonage validé par l'ancien conseil municipale, l'association préviendra tous les habitants de St Augustin.

Nous vous tiendrons informé sur le projet de PLU de la commune qui va être voté début 2015.

PLU Saint Augustin

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 20:10
VILLAGES NATURE UNE CATASTROPHE POUR L'ENVIRONNEMENT

Villages Nature : ce projet immobilier contesté sera-t-il un nouveau Sivens ?

Villages Nature a l’ambition d’être l'un des plus gros sites touristiques de France une dizaine d'années. Villages Nature a l’ambition d’être l'un des plus gros sites touristiques de France une dizaine d'années.

Jeudi, Manuel Valls se rendra en Seine-et-Marne pour assister à la pose de la première pierre de Villages Nature, un gigantesque complexe immobilier destiné à devenir l'un des plus gros sites touristiques de France. Mais sur place, la résistance à ce projet grandit. Les écologistes d'EELV opposés aux Villages Nature, opération immobilière menée par Euro Disney et Pierre et Vacances en Seine-et-Marne, ont dénoncé ce mercredi le soutien du Premier ministre à ce projet, à la veille de la pose de la première pierre. Ce gigantesque projet touristique, dont la première tranche de travaux doit s'ouvrir mi-2016 à six kilomètres de Disneyland Paris, "est un grand projet inutile qui gaspille des terres agricoles, naturelles et forestières", a déclaré Mounir Satouri, le président des élus EELV de la région Île-de-France. Le Premier ministre, Manuel Valls, doit assister à la pose de la première pierre jeudi.

Après d'autres mobilisations autour de projets qualifiés "d'inutiles", comme l'aéroport Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, le barrage de Sivens dans le Tarn ou la Ferme des Mille vaches dans la Somme, l'élu écologiste estime que "tous les ingrédients sont réunis" pour que l'opposition aux Villages Nature, jusqu'ici très discrète, prenne de l'ampleur.

Le groupe Pierre et Vacances est d'ailleurs déjà confronté à une forte opposition à l'un de ses projets, le Center Parcs de Roybon en Isère.

"Faire de la géothermie pour chauffer un lac, c'est stupide" Le plan d'urbanisme de Villages Nature, destiné à devenir l'un des plus gros sites touristiques de France, prévoit à terme, dans une dizaine d'années, jusqu'à 5500 appartements et cottages et 150.000 m2 d'équipements sur 500 hectares, une surface grande comme sept Center Parcs.

Quant aux prétentions écologiques de cette "opération de promotion immobilière au service de privilégiés", "c'est du greenwashing" (de l'écoblanchiment, un alibi écologique utilisé par certaines entreprises, ndlr), selon Mounir Satouri: "Faire de la géothermie pour chauffer un lac, c'est stupide", estime-t-il.

Outre un parc aquatique couvert, l'un des plus grands d'Europe, un lagon extérieur de 3500 m2 est prévu, chauffé à plus de 30 degrés grâce à de l'eau chaude puisée à 1,8 km sous terre. "Il est indécent" de consacrer de "l'argent public, venant de l'État et de la région, à enrichir des spéculateurs immobiliers", affirme l'écologiste.

Les Villages Nature sont une opération privée, avec une participation de la Caisse des dépôts. Mais les investissements publics associés, principalement des aménagements routiers et ferroviaires prévus pour la desserte du site ainsi que pour les alentours, pourraient atteindre 110 millions d'euros à terme, selon EELV. Les promoteurs du projet prévoient qu'il permette de créer dans un premier temps 4500 emplois, dont 1600 directs.

Article du 10/12/2014 sur LCI

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 20:33

Stop au gaspillage des terres L’emprise de l’urbanisation s’accélère depuis les années soixante. La réglementation a récemment évolué, mais le monde agricole doit prendre l’initiative et s’impliquer auprès des collectivités locales pour limiter l’artificialisation des sols.

CHAQUE ANNÉE, 78 000 HECTARES DE TERRES AGRICOLES disparaissent au profit de l’urbanisation. Les Français sont de plus en plus gourmands en espace.

Le développement de la maison individuelle constitue le principal moteur de l’artificialisation des terres agricoles, passant de 41 % du parc de logements entre 1950 et 1975 à 62 % aujourd’hui. D’où un étalement urbain grandissant qui s’accompagne également d’un besoin accru en infrastructures de transport. Aujourd’hui, cette extension urbaine se retrouve aussi bien à proximité des agglomérations qu’au sein des zones rurales, provoquant un mitage de l’espace agricole qui perturbe le fonctionnement des exploitations.

La profession tire la sonnette d’alarme depuis des années. Mais rien n’y fait… Malgré la volonté de lutter contre le gaspillage des terres pourtant inscrite dans la loi SRU de 2000 relative au renouvellement urbain, les outils destinés à protéger les terres agricoles semblent inefficaces. De nouveaux textes récents visent à freiner cette tendance. La loi Grenelle 2 et la loi de modernisation agricole adoptées en 2010 ont rénové le cadre juridique des documents d’urbanisme et créé de nouveaux outils. «Mais leur efficacité implique deux conditions, analyse Carole Robert des chambres d’agriculture France. Une implication et une réelle mobilisation des élus locaux d’une part, et un accompagnement des exploitants agricoles pour s’adapter aux nouveaux enjeux de leurs territoires d’autre part. » « Aujourd’hui, les maires peuvent trop facilement changer le zonage d’un simple coup de crayon! », peste François Tacquard, consultant en développement des territoires.

Et, le rôle des Safer dans la gestion de l’espace rural reste somme toute relativement limité. Rien ne changera sans une prise de conscience collective et une réelle volonté politique. La profession agricole peut agir là-dessus. De belles démarches ont déjà engagées aux quatre coins de l’Hexagone pour lutter contre une urbanisation à outrance ou mal maîtrisée. Nous vous proposons d’en découvrir quelques-unes dans ce dossier: en Loire-Atlantique, autour de la métropole rennaise et dans le pays voironnais en Isère.

Citons un autre heureux exemple dans le Haut-Rhin où la communauté de commune de la vallée de Saint- Amarin a fait le choix de restituer des terres à l’agriculture en allant jusqu’à démolir des friches industrielles pour refaire des prairies de fauche sur des terrains plats.

Espérons que ces expériences fassent des émules. S’il reste difficile d’agir car la réglementation est complexe et les prises de décision diffuses, la seule solution est de garder la main sur les dossiers, notamment au niveau municipal ou intercommunal. Et à chacun de faire prendre conscience à ses élus que la terre agricole n’est pas seulement une réserve à disposition des villes.

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 20:04
Pierre et Vacances va détruire des zone humides en Isère et va également détruire 500 hectares en Seine et Marne pour les Villages Nature.

Malgré l'avis défavorable de la commission d'enquête publique, le préfet de l'Isère a donné son feu vert à la construction du complexe touristique dans le massif des Chambaran, classé zone naturelle sensible.

Quel est ce projet? À l'automne 2007, la société Pierre & Vacances entame les premières démarches auprès de la ville de Roybon, dans l'Isère, pour installer un Center Parcs dans le massif des Chambaran. 1000 cottages, un espace aqualudique, des boutiques et restaurants, ainsi qu'une salle de congrès seront déployés sur environ 200 hectares. La vaste base de loisirs devrait s'accompagner de la création de 700 emplois permanents, dont 468 à temps plein, et générer 12 millions d'euros par an de retombées économiques, indique le protocole d'accord signé entre l'État et Pierre & Vacances.

L'investissement global est évalué à 387 millions d'euros. Le conseil général participe à hauteur de 15 millions d'euros, répartis entre la modernisation des réseaux d'eau et d'assainissement ainsi que l'aménagement des voies d'accès et de stationnement. La communauté de commune participera pour 4,5 millions d'euros aux travaux d'assainissement. La région Rhône-Alpes doit débloquer 7 millions d'euros destinés à la formation. •

Pourquoi est-il contesté? Comme à Sivens ou Notre-Dame-des-Landes, le «Center Parcs de la forêt de Chambaran» est qualifié de «grand projet inutile et imposé» par ses détracteurs. Ils s'appuient sur l'avis négatif d'une enquête publique publiée en juillet dernier : «À l'examen de toutes les observations, tant écrites qu'orales, du public (...) et après avoir auditionné des experts, la commission émet unanimement un avis défavorable au projet». Absence de délimitation et de caractérisation de la zone humide, sous-évaluation de la surface détruite et impactée, insuffisance des mesures compensatoires, risques de crues et d'érosion... Au total, douze points rédhibitoires sont exposés. «Le site est sensible sur le plan environnemental, avec la présence de deux Zones Naturelles, de corridors écologiques et d'un site Natura 2000», rappelle la commission. Les anti font aussi le parallèle avec le barrage de Sivens.

Un projet pour lequel la Commission publique a rendu un avis positif et où 13 hectares de zones humides doivent être détruites contre 76 à Chambaran. Ces zones humides jouent notamment un rôle pour les nappes phréatiques qui alimentent une centaine de communes en eau potable. Le projet met aussi en péril l'habitat de près de 35 espèces animales et végétales protégées. Par ailleurs, sur les 727 observations du public recueillies dans l'enquête, 60 % y sont opposés. • Qui sont ces opposants? L'implantation du village est contestée par les défenseurs de l'environnement. La fédération de pêche de la Drôme, la fédération de Protection de la Nature (Frapna) d'Isère et de la Drôme ont multiplié les recours en justice. Depuis 2010, une association d'habitants

Pour les Chambaran Sans Center Parcs informe et mobilise contre le projet. Ces dernières semaines, des zadistes ont également fait leur apparition dans la fôret, devenue une Zone à défendre (ZAD). La contestation a pris de l'ampleur: ils étaient 600 à manifester la semaine dernière. Les élus d'Europe-Ecologie-Les Verts sont aussi sur le front. Sur France Bleu Isère, la députée européenne d'EELV Michèle Rivasi a appelé Ségolène Royal à stopper le chantier de défrichement de Roybon qui a démarré «alors que les commissaires enquêteurs avaient donné un avis négatif». La ministre de l'Environnement, pour l'instant muette sur le sujet, est prévenue: «Tu arrêtes Sivens mais il faut arrêter le Center Parcs aussi. Sinon on va avoir des violences comme on a eu à Sivens», a lancé l'élue écologiste.

• Quels sont les arguments des partisans? De gauche comme de droite, la majorité des élus des collectivités locales se sont déclarés favorables au projet. Le nouveau maire de la commune de Roybon, Serge Perraud, a signé la vente du terrain le 17 octobre. «Ce qu'il faut retenir c'est que le projet va générer 450 équivalents temps plein», a-t-il déclaré sur France 3 Alpes. Dans un contexte de crise, l'arrivée de Center Parcs est «une vraie bouffée d'oxygène» pour les entreprises de BTP. Des citoyens pro Center Parcs se sont aussi regroupés autour de l'association Vivre en Chambaran. De son côté, Pierre & Vacances assure avoir pris en compte les observations de la commission d'enquête et réaliser un ouvrage respectant l'écosystème local. La capacité du bassin principal de stockage des eaux pluviales a par exemple été revue à la hausse, en passant de 2500 m3 à 8500 m3. •

Où en sont les travaux? L'ouverture, initialement prévue pour 2013, a été reculée à 2017 suite aux recours judiciaires. En octobre, après un avis consultatif favorable du Conseil départemental de l'environnement, le préfet de l'Isère a publié deux arrêtés préfectoraux au titre de la Loi sur l'Eau et des espèces protégées autorisant Pierre & Vacances à commencer les travaux. Le groupe a aussitôt entamé le défrichement. «Cela va se passer en trois phases: d'abord, nous procéderons à la coupe du bois. Ensuite, l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) va réaliser des fouilles. Enfin, nous passerons au dessouchage. Tous ces travaux vont durer jusqu'au début de l'été 2015», indique Eric Manier, le directeur grands projets du groupe. «Ils travaillent sept jours sur sept pour accélérer et passer en force», déplore Stéphane Perron, président de l'association Pour les Chambaran sans Center Parcs.

De nouveau, l'association va déposer une requête en référé et une sur le fond devant le tribunal administratif de Grenoble pour dénoncer l'illégalité de l'autorisation préfectorale. Elle joint ainsi les derniers recours déposés par les pêcheurs de la Drôme et la Frapna. Une démarche soutenue par les écologistes. «Il y a une grosse fragilité juridique du projet, il pourrait être déclaré illégal sur le fond», espère Olivier Bertrand, conseiller général EELV. Contactée par Le Figaro, la préfecture de l'Isère n'a pas encore répondu à nos questions.

Merci à tous pour vous mobiliser aussi, contre le projet des Villages Nature en Seine et Marne.

Photo prise en Seine et Marne, pas très nature.

Aubetin Environnement

Pierre et Vacances va détruire des zone humides en Isère et va également détruire 500 hectares en Seine et Marne pour les Villages Nature.

Partager cet article

Published by aubetin environnement
commenter cet article